Note de ce sujet :
  • Moyenne : 3.67 (3 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
7 étapes pour installer un système avec correction numérique. AWARD !
#1
Thumbs Up 
Février 2020: Nouvelle version plus complète ici: http://forum-hifi.fr/thread-14665.html
_________________________________________________________________________


Bonjour à tous,

L’idée de ce post m’est venue à la suite d’un commentaire fait par jalucine sur le fil de mon installation, il y a quelques semaines. Le sujet concernait l’adéquation pièce/enceintes, et jalucine a fait remarquer qu’il avait fallu 154 pages sur le fil en question pour expliquer comment faire marcher les Giya G3 dans une petite pièce.
Il est indiscutable qu’avec toutes les itérations et autres essais divers et variés que j’ai menés, afin, souvent, de seulement ré-inventer l’eau tiède, je n’ai pas suivi une trajectoire directe. Elle a cependant été très instructive pour moi, et si je devais recommencer le process aujourd’hui, il est certain que j’irais plus directement à l’essentiel.

Je me suis donc dit que cela intéresserait peut-être ceux qui démarrent avec leur système de savoir, en moins de 154 pages de forum, comment je m’y prendrais, aujourd’hui, pour installer un système dans une pièce donnée.

J’ai donc essayé de mettre mes idées en ordre et de les présenter ici, ce qui suscitera peut-être des idées complémentaires intéressantes.

Ma réflexion s’inscrit dans un contexte de musique dématérialisée, car même si la plupart des idées ci-dessous peuvent s’appliquer à n’importe quel système, la partie correction numérique est quand même bien plus facile à mettre en oeuvre lorsqu’on part d’une base musicale sous la forme de fichiers sur un ordinateur.

Je ne veux pas entrer dans un débat sans fin sur le choix du matériel, mais je pense qu’aujourd’hui, avec la disponibilité de correction numérique efficace et pas chère, la partie la plus importante dans un système est le choix des enceintes. En effet, les problèmes induits par des enceintes produisant un niveau de grave trop important pour le volume d’une pièce, peuvent aujourd’hui se corriger assez facilement via une correction numérique, et les bénéfices apportés par la qualité des enceintes (dynamique, vitesse, impact, définition, tenue en puissance, timbres, etc…) sont très supérieurs aux inconvénients (réels ou supposés d’ailleurs) de la correction numérique.

En d’autres termes, je crois qu’on aura un meilleur résultat global en achetant les meilleures enceintes possibles, dans les limites de son budget (et donc encore plus si elles sont d’occasion), et ce, quelle que soit la pièce dans laquelle on va les mettre.
Evidemment, mettre des Magnepan 20.7 dans 9m2, n’est pas la meilleure idée qu’on puisse avoir, mais je ne crois pas qu’il faille se limiter intellectuellement sur l’adéquation théorique entre une enceinte et une pièce, car les qualités d’une enceinte exceptionnelle resteront présentes pour l’essentiel, alors que si elles ne sont pas là, ce n’est pas la pièce, ni l’électronique, ni les câbles ou autres tweaks qui vont les créer !

Ceci dit, quels que soient les enceintes et le système choisi, on arrive toujours au problème de l’installation de ce système dans la pièce d’écoute, et c’est là qu’on peut procéder avec méthode (et en moins de 154 pages Smile) pour essayer de tirer le meilleur de ce système dans cette pièce.

Mon approche est purement empirique et pragmatique, et autant je pense que la seule chose qui compte vraiment c’est l’écoute et le plaisir que l’on retire de la musique, autant je ne crois pas à l’addition de recettes de cuisine dont je ne comprends pas le rationnel et l’objectif exprimé concrètement. C’est pourquoi, j’essaye, autant que possible, de me limiter aux actions que je comprends…


Donc en quelques étapes, voici la « méthode », et dans la mesure du possible pourquoi je l’ai retenue. Ces étapes sont quasiment totalement indépendantes les unes des autres (même si certaines actions correctives sur un paramètre donné peuvent aussi en améliorer un autre), et donc on peut les mettre en oeuvre indépendamment et pas forcément toutes en même temps suivant les contraintes de son environnement. Dans tous les cas, je suis persuadé que chacune d’entre elles contribue à une amélioration sensible du système.

1- Je place les enceintes au mieux à l’aide d’un micro et de REW.
Pourquoi ?
Tout le monde sait que le placement des enceintes est essentiel. La question peut donc être pourquoi mesurer alors qu’il suffit d’écouter. A vrai dire, s’il n’y avait qu’une seule raison ce serait pour gagner du temps et « objectiver » ce qu’on fait. Ce que je trouve intéressant c’est qu’on peut observer les changements même minimes et savoir si on progresse ou régresse alors qu’à l’oreille ce n’est pas aussi évident, même si on peut y arriver avec l’habitude. De plus, comme on le verra, la mesure donne des tas d’autres informations utiles pour les autres étapes.

Comment ?
Indépendamment de toutes les méthodes de placement qu’on peut trouver ici ou là sur internet, ou sur les notices d’emploi des enceintes, et qui marchent plutôt bien. Je reste un adepte de la mesure avec REW et un simple micro UMIK-1 (voir le tuto ici http://forum-hifi.fr/thread-1157.html, et comment interpréter les mesures ici http://forum-hifi.fr/thread-1693.html).

La première mesure à faire est celle de l’amplitude/fréquence (voir critères objectifs sur le post comment interpréter les mesures). 
Evidemment, le plus simple est de partir de l’emplacement recommandé par le fabricant, puis de mesurer et d’optimiser le placement par itérations successives.

En général, sauf à disposer d’une très grande pièce, ou d’une grande pièce très asymétrique, il est fort probable qu’il restera des problèmes sur la courbe de réponse (résonances dans le grave (modes) notamment car c’est très fréquent, et très audible). Ces problèmes de « modes » seront traités dans un deuxième temps par la correction numérique (voir plus loin).

En règle de base, cependant, je pense que la meilleure configuration reste le triangle équilatéral entre les 2 enceintes et le sweet spot. Le sweet spot est, à mon avis, juste au delà de la pointe du triangle équilatéral, mais c’est à chacun de voir (écouter) ce qui marche le mieux chez soi.

2- Je traite le temps de réverbération de la pièce.
Pourquoi ?
Parce qu’un temps de réverbération trop élevé et surtout instable suivant les fréquences, va induire des colorations d’autant plus audibles que l’écart vs l’idéal est important. 

Comment ?
L’objectif est simple à exprimer. On cherche à avoir un temps de réverbération (RT60) compris en 0,20 et 0.50s (en fait la cible dépend du volume de la pièce et la formule suivante donne une idée plus précise RT60=0,25xRacine cubique(Volume (en m3)/100)), et stable sur la plage de fréquence 100-10000Hz. REW fournit cette information, et il suffit donc de regarder ce paramètre pour se rendre compte de l’ampleur du travail à entreprendre. Il n’est pas rare dans une grande pièce, genre salon/salle de séjour d’avoir un RT60 entre 0.8s et 1.2s.

Si la pièce est dédiée à la musique, le plus efficace est de procéder à un traitement passif de la pièce. Suivant les dimensions de la pièce, le traitement passif doit être ajusté, mais schématiquement, je commencerais ainsi:
Bass traps dans les coins derrière les enceintes. Absorption/diffusion derrière le point d’écoute, avec plus d’absorption si le mur arrière est proche, et plus de diffusion s’il y a de la place à l’arrière. Tapis au sol, et idéalement absorption au plafond.
Il y a beaucoup d’options pour améliorer le RT60, l’offre de produits est très large et un peu à tous les prix. J’ai pris les produits de GIK (http://gikacoustics.fr/produits/), ils ne sont pas très beaux, ils sont encombrants mais ils sont efficaces. Il y en a surement d’autres, y compris en DIY. Les produits PYT sont intéressants également et plus facilement intégrables dans une pièce de vie (https://www.pytaudio.com/boutique/pytaudio/).

L’avantage de mesurer avec REW est qu’on voit immédiatement le résultat de façon plus « objective »  que ce qu’on entend. 

3- Je traite les réflexions précoces.
Pourquoi ?
S’il y a un sujet qui améliore de façon significative l’image en termes de précision et stabilité, c’est bien celui de la gestion des réflexions sur les murs, plafond et sol. 

Comment ?
Là aussi, tout comme pour le RT60, REW donne des indications très utiles via l’ETC (Energy Time Curve). L’analyse de ces informations peut paraitre compliquée mais il n’en est rien, car ce qu’on cherche à obtenir est très facile à exprimer et à visualiser.
J’ai détaillé comment s’y prendre sur le fil suivant : http://forum-hifi.fr/thread-2702.html. Ce fil donne également quelques infos sur la gestion du temps de réverbération (RT60) mentionné ci-dessus.
On pourra mettre dans cette catégorie du traitement des réflexions précoces, les recommandations de placement des enceintes en mode near-field (proches entre-elles (2m ou moins) avec un sweet-spot également proche), et le tout le plus éloigné des murs possibles. Il est exact que ça aide bien, mais ce n’est évidemment pas la seule solution au problème des réflexions, même si cela peut être une solution si on ne peut traiter les réflexions par d’autres méthodes. 
Dans tous les cas, la mesure permet de visualiser le niveau des réflexions que l’on a au sweet spot, et surtout de savoir positionner au mieux les éléments de traitement (panneaux ou autres).

4- Je mets en oeuvre la correction numérique.
Pourquoi ?
Parce que c’est le seul moyen d’aligner temporellement les HP des enceintes (celles qui le sont naturellement ne sont pas la majorité), ce qui est un élément important pour obtenir une image de qualité et stable, et parce que c’est le seul moyen simple de gérer les résonances dans le grave sans mettre en place un traitement passif encombrant et pas forcément efficace et/ou pratique dans une habitation normale.

Comment ?
On va donc avoir deux objectifs totalement indépendants mais également importants. 
Le premier est de corriger la phase des enceintes. Le deuxième est de corriger les résonances liées à la pièce (modes).
Evidemment, si la réponse en amplitude ne fait pas apparaitre de modes, et si la phase des enceintes est bonne sans correction, cette étape est inutile. Cependant, le cas général demandera vraisemblablement les deux types de correction.

J’ai un peu plus détaillé le sujet de la correction numérique et comment on s’en servait ici http://forum-hifi.fr/thread-2512.html et ici http://forum-hifi.fr/thread-2512-page-2.html.

La difficulté de mise en oeuvre est relative. Si on a un Trinnov, ou si on utilise Dirac ou Acourate, ça reste simple et la correction de la phase des enceintes est automatique. Il ne reste qu’à choisir sa courbe cible et à l’affiner à l’oreille.
Cependant, on peut mettre en oeuvre une correction numérique de premier plan en utilisant RePhase. RePhase combiné avec un bon moteur de convolution produit un résultat qui n’a rien à envier aux meilleurs produits du marché. J’encourage les sceptiques à l’essayer pour s’en convaincre.

Evidemment la mise en oeuvre demande un peu de patience et de méthode, mais il n’y a rien d’inaccessible et nul besoin d’être un geek invétéré. De plus, à l’initiative de Bear, les concepteurs de RePhase et de REW, ont intégré dans les dernières versions de ces logiciels des outils permettant de faciliter considérablement la mise en oeuvre de RePhase tant pour la correction de la phase que pour la correction de l’amplitude.

Je renvoie ceux qui voudraient essayer au tutoriel RePhase (http://forum-hifi.fr/thread-2003.html) qui mériterait cependant une mise à jour car celui-ci n’intègre pas les derniers outils RePhase/REW… J’essayerai de le faire à l’occasion, mais en attendant, voici ce que je recommande en complément du tuto. La lecture du fil sur RePhase est également une source d’informations complémentaires très pratique (http://forum-hifi.fr/thread-1811.html).

Etape 1: la correction de la phase
La difficulté principale lorsqu’on se lance avec REW/RePhase, c’est la détermination de la phase intrinsèque de ses enceintes afin de pouvoir la corriger correctement. Dans un environnement normal, la mesure obtenue est polluée considérablement par les réflexions sur les parois de la pièce, et même avec un fenêtrage important, il est souvent difficile de savoir ce qu’on mesure, et ce qu’on doit retoucher. Pour ceux qui se demandent de quoi il s’agit, un petit coup d’oeil au fil suivant peut être intéressant : http://forum-hifi.fr/thread-4336.html

La méthode de mesure proposée par Bear me parait être celle qui produit les meilleurs résultats car elle facilite considérablement la lecture de la phase « intrinsèque » (http://forum-hifi.fr/thread-1811-post-57...9#pid57661). Pour info, c’est aussi celle qu’utilise Dirac avec 9 points de mesures (1 au sweet spot et 8 autres autour).
Sa mise en oeuvre est considérablement simplifiée avec les nouvelles fonctions de REW dans sa dernière version (dispo en beta seulement mais téléchargeable sur le site REW).
Voir plus de détails sur cette méthode ici : Méthode 9 mesures

La première étape consiste donc à mesurer les voies droite ® et gauche (L) en 9 points différents. Le premier doit être placé au sweet spot, et les 8 autres selon le schéma ci-dessous. 


[Image: baaa825641590a9f51407369193db5cf.png]
[Image: 226859d2f8966711a33286276c2c2d7c.png]
[Image: cd075b110ac794711341d2a2e24aa89e.png]


La distance entre chaque point n’est pas très importante, il suffit d’essayer d’être à peu près sur une sphère dont le centre est le sweet spot et d’environ 1m de diamètre. A chaque point on mesure les voies L et R indépendamment avec REW (la mesure L+R (Both dans REW), n’est pas nécessaire).
Une fois qu’on a fait toutes les mesures, on se retrouve avec un fichier .mdat qui contient donc 9 mesures de l’enceinte gauche (L1 à L9) et 9 mesures de l’enceinte droite (R1 à R9).
On peut donc aller sur l’onglet ALL SPL, sélectionner les mesures L1 à L9, cliquer sur Time Align, puis sur Vector Average, et on obtient la moyenne des mesures de l’enceinte de gauche avec toutes les infos temporelles, et notamment un STEP propre (et quasi académique, voir la comparaison avec le graphe de stereophile) où l’influence des réflexions est considérablement atténuée.


[Image: 9bb6017f67ba6fc619d85417593961d8.md.png]


STEP de la mesure moyenne, et STEP tel que publié par stereophile.

[Image: 7631077afb6ba2b3d8c3871c8dac4812.md.png]


Note: on peut avoir à inverser l’impulsion si le premier pic du STEP part vers le bas (ça peut arriver sur l’électronique en amont des enceintes inverse la phase globale), c’est le cas chez moi, et donc celle présentée ci-après a été inversée (cela se fait avec l’onglet impulse dans le menu controls correspondant).

Une fois ces moyennes faites, on peut partir de la moyenne de l’enceinte droite ou gauche pour déterminer les corrections des phase à apporter (comme on va chercher à corriger l’enceinte elle même et pas son environnement, l’utilisation de la mesure de l’enceinte gauche ou droite est équivalente). Je recommande quand même de faire un fenêtrage de la mesure (genre au 1/6 d’octave) avant exportation dans RePhase histoire d’éliminer un maximum les réflexions résiduelles.

Ensuite, dans RePhase, la modération est de rigueur. Le plus efficace est d’essayer de redresser la phase avec juste l’onglet « Filters Linearization » et de retoucher manuellement la phase avec « Paragraphic Phase EQ » avec parcimonie, en particulier en dessous de 200 ou 300Hz. Le redressement de la phase dans cette zone induit du pre-ringing qui peut devenir massif et audible.
Donc la « bonne » méthode consiste à retoucher au minimum, en procédant par itérations successives entre RePhase et REW pour simuler le résultat et en contrôlant l’allure du STEP (pour visualiser l’alignement temporel des HP et la modération du pre-ringing) et de la phase qui, idéalement, ne doit pas s’éloigner trop de la phase minimum calculée par REW.

Tout ceci peut paraitre du chinois pour ceux qui n’ont pas essayé de jouer avec ces logiciels, mais croyez moi c’est beaucoup plus simple à faire qu’à expliquer !

L’objectif recherché est d’arriver à quelque chose comme ça :
STEP avant et après


[Image: 863f470db18dd985c8c63b1a47d07e71.md.png]


Etape 2: la correction des résonances (modes):
A vrai dire, tout comme pour la phase, la règle numéro 1, c’est la modération. Ma recommandation est de ne corriger que ce qui est vraiment nécessaire, c’est à dire les pics liés aux phénomènes d’ondes stationnaires dans le grave.
On peut s’aider efficacement de la fonction EQ de REW comme guide. En choisissant rePhase comme Equaliser, on obtient directement des corrections qu’on peut exporter dans RePhase.
C’est pratique mais il n’est pas forcément utile de les appliquer toutes telles quelles. Personnellement, j’évite de retoucher au delà du grave sauf nécessité absolue, à part pour donner une pente descendante régulièrement dans l’aigu.
La deuxième règle consiste à ne pas demander une correction positive dans les creux (noeuds) car il est impossible de les combler puisqu’ils sont le résultat des ondes stationnaires. On peut cependant injecter des corrections positives à ces endroits là, mais il faut éviter de dépasser le niveau initial (RePhase affichant en rouge le point de départ, et en bleu la courbe corrigée, il suffit de s’assurer que la courbe bleue ne passe pas au dessus de la courbe rouge en appliquant les corrections).

Quelques itérations entre REW et RePhase en simulant les résultats dans REW permettent d’affiner le résultat. La simulation dans REW est un outil assez impressionnant car l’écart entre la mesure réelle et la simulation est quasi nul (même avec un lissage au 1/48), on peut donc sereinement ajuster les réglages en simulant dans REW jusqu’à trouver l’équilibre désiré (sur la phase et l’amplitude) avant de passer à la mesure effective (et à l’écoute bien entendu).

La méthode pour simuler les résultats est décrite dans le tutoriel RePhase (http://forum-hifi.fr/thread-2003-page-2.html - Episode 4).

Ce n’est pas dit dans le tutoriel (car au moment de son écriture, j’étais moins familier avec l’usage du STEP), mais je pense que l’on peut se contenter de regarder l’amplitude, le decay et le STEP lorsqu’on fait les simulations. Sur le STEP, on regarde l’allure générale et le pre-ringing, et sur l’amplitude on regarde (au 1/24 et 1/3 de lissage) le résultat vs l’amplitude initiale, et le decay permet de voir si les modes sont bien atténués dans le temps également (le spectro donne une information plus simple à analyser, mais malheureusement la simulation du spectro est TRES optimiste, alors que la simulation du decay est très bonne).

Dans tous les cas, le plus important à savoir ici, c’est qu’il ne faut pas hésiter à faire plusieurs itérations entre mesure, correction, simulation, essais et écoutes. Il est fort improbable que le résultat initial, aussi bon soit il, soit le meilleur possible. De plus, on apprend rapidement à identifier les paramètres importants (ceux qui corrèlent avec l’écoute) et donc à les corriger dans le bon sens.

Enfin, et parce que j’ai lu sur ce forum des avis disant qu’il ne fallait pas utiliser de facteur Q à des valeurs supérieures à 2, je précise qu’à mon avis (et selon mon expérience), c’est une limitation qui n’a pas lieu d’être car d’une part elle rend totalement inefficace la correction sur les modes dans le grave qui peuvent être très ponctuels et d’amplitude forte (ce qui contraint à utiliser un Q élevé), et d’autre part parce que je n’ai pas constaté à l’écoute d’impact quelconque de la valeur de Q sur le résultat.
Par contre, au delà du grave (disons au dessus de 200Hz), il vaut mieux éviter de corriger quoi que ce soit, autrement qu’une correction de la pente générale (ce qui se fait avec un Q très bas, on peut le faire avec Q=1 ou moins), non pas parce que c’est impossible, mais parce que dans ces zones l’amplitude varie considérablement sur de courtes distances, et donc seule une correction légère éventuelle sur l’amplitude moyenne peut avoir un sens (par contre corriger de façon importante la seule mesure réalisée au sweet spot peut avoir un résultat négatif global - le juge de paix reste évidemment l’écoute).


5- Je soigne la source.
Pourquoi ?
Parce que toutes les dégradations au niveau de la source n’ont aucune chance d’être corrigées par le reste du système, et donc autant essayer de réduire les causes potentielles de défaut au départ.

Comment ?
Ceci est encore un sujet sur lequel je continue à travailler, mais les changements que j’ai mis en place ces derniers mois m’ont convaincu que c’était un domaine où on pouvait faire de très gros progrès.
Certains sur ce forum ont mis en place des solutions très élaborées à double PC qu’ils ont détaillé sur quelques fils du forum, et je ne doute pas que les résultats soient du meilleur niveau même si je n’ai pas eu l’occasion de pouvoir les écouter.

De mon coté, je suis parti sur une base de Mac mini, et je continue de penser que c’est aussi une bonne option pour les raisons suivantes :

1- C’est extrêmement évolutif de façon simple et progressive en fonction des moyens que l’on veut/peut y consacrer
  • On peut démarrer avec un Mac mini d’occasion (on en trouve dès 300€ facilement) et l’utiliser tel quel sans autre forme de procès et avoir déjà un bon résultat. On peut immédiatement et gratuitement le configurer selon les recommandations de Mojo afin de réduire tous les processus inutiles à l’audio. (http://www.mojo-audio.com/blog/optimizin...-yosemite/)
  • On peut ensuite passer l’OS sur carte SD pour 60€ environ.
  • Puis encore installer le kit MMK d’uptone, et acheter une alimentation linéaire (pas forcément celle d’Uptone JS2, qui est très bien cela dit).
  • On peut ajouter des filtres en sortie USB (Regen ou autre), voire utiliser un Mutec MC3+USB si on veut sortir en AES/EBU.
  • Ou encore le connecter à un streamer type Sotm-200 ou Microrendu ou Pi ou autre, et en mode bridge (ce qui élimine le passage par un routeur).
Le fil suivant http://forum-hifi.fr/thread-1189.html est dédié au Mac mini et donne toutes les informations nécessaires sur le sujet.

2- C’est une plateforme idéale pour utiliser la correction numérique.
On peut utiliser tous les logiciels disponibles du marché JRiver, Audirvana, Roon ou autres. Et ce dans toutes les configurations que l’on souhaite (connexion directe en USB, ou bien serveur DLNA, ou Roon Raat ou HQPlayer NAA, etc…).
Personnellement, depuis que j’ai découvert Roon, j’avoue avoir plus qu’un faible pour ce logiciel tant il est convivial d’un point de vue ergonomique, que pour la qualité de son moteur de convolution.
En combinaison avec une correction RePhase (ou Acourate, qui produit aussi des impulsions compatibles Roon), le résultat obtenu est vraiment très bon, et d’une souplesse d’utilisation inégalée.

Le seul inconvénient de Roon est son prix qui n’est pas donné, mais je crois que c’est un bon investissement. Néanmoins, comme le Mac mini est une plateforme évolutive, on peut commencer par utiliser JRiver (dont le moteur de convolution est très bon), et qui présente l’avantage de la compatibilité avec Dirac (pour ceux qui souhaitent utiliser cette correction numérique) dont le moteur de convolution est excellent. Audirvana est également une alternative, mais il ne dispose pas de moteur de convolution, et donc seul Dirac est utilisable pour l’instant avec ce lecteur (dont le principal avantage, outre sa qualité intrinsèque, est de pouvoir streamer Qobuz de façon native).

On peut aussi relativiser le prix de Roon (450€ pour la licence perpétuelle à vie) utilisé avec RePhase, se compare correctement aux 40 ou 50€ demandés par JRiver ou Audirvana tous les 18 mois environ, auxquels (au moins pour Audirvana) il faut ajouter les 320€ de la licence Dirac.

Enfin, et même si ceci est un avis très subjectif, je crois que la plus grosse amélioration de la source Mac mini, a été liée à la mise en place du kit MMK et de l’alimentation JS2. La combinaison de cet ensemble avec le Mutec MC3+USB produit un résultat qui me semble de bon niveau, et d'une souplesse et évolutivité incomparable.
Ces configurations à base de Mac mini présentent également l'avantage d'une totale compatibilité avec les ampli/streamers qui apparaissent sur le marché, car on peut les configurer en serveur DLNA sans difficulté (et en intégrant toujours la correction numérique bien entendu).


6- Je peaufine les câblages
Pourquoi ?
Parce qu’une fois qu’on a traité tous les sujets précédents, il ne reste guère que cela à regarder et comme de nombreux témoignages indiquent qu’il y a de grandes différences suivant les câbles, cela mérite qu’on s’y intéresse.

Comment ?
Ceci sera la partie la plus courte de ce long post, car je n’ai encore rien fait dans ce domaine. Il est vrai que je suis encore cablo-sceptique, mais je ne demande qu’à m’améliorer sur le sujet.
J’utilise un simple câble YBA Glass pour les HP, les câbles secteur sont ceux livrés avec Devialet (Audioquest), et les autres câbles (USB, AES/EBU et RJ45) n’ont pas coûté plus que 80€ réunis.
Sans doute peut-on faire mieux, et je suis à l’écoute des suggestions/recommandations des experts dans le domaine !

7- Je m’installe confortablement et j’écoute la musique !
Pourquoi ?
Parce que c’est bien le seul but du jeu  !

Comment ?
Cette étape est placée ici en 7ème position, mais elle démarre dès la position 0 en pratique, et elle n’attend pas les derniers gadgets ou évolutions diverses et variées pour donner du plaisir Wink


Voilà, ça fait moins de de 154 pages, c’est incomplet et sommaire mais je peux vous assurer que l’amélioration du système entre le début de l’aventure et la situation actuelle est considérable. 
Le but de ce post est d’inciter les courageux à franchir le pas, notamment celui de la correction numérique car c’est bien plus simple que toutes les explications alambiquées ci-dessus.

Amitiés.
NUC+Uptone JS-2, Roon - MSB Premier - Benchmark AHB2 - Magico S3 MkII
Mon installation : c'est ici !
Guide Acoustique : c'est là !
Playlist: Qobuz
Répondre
#2
super message qui résume tes contributions ici : bravo !
les étapes 1 à 3 et 5 (source) ont retenu toute mon attention
l’étape 4 (correction) me semble du coup moins intéressante
et je passe l’étape 6 (câbles) pour me consacrer à 7 (la musique)
Répondre
#3
Clic... Sujet épinglé !
Shy MERCI pda0 pour tes contributions structurées, étayées.
Ce n'est pas toi qui aimes la Musique... Mais la Musique qui te fait aimer... Thierry.
Mon contexte : http://www.living-leedh.com/?page_id=528
Répondre
#4
Super cette synthèse pda0!
C'est vrai que j'avais eu du mal à extraire la substantifique moelle du post initial tant il y avait d'information.
Clair net et précis!
merci
Install: http://forum-hifi.fr/thread-8172.html ; 
Install secondaire: Le petit système année 70 à Jibolin
Des enceintes et amplis de sono et du Snake-oil en veux tu en voila
Répondre
#5
Bravo.
L'essentiel (et plus encore) est dit.
Répondre
#6
toujours aussi surprenant notre ami Pda0, bravo! Cool

Juste une chose à savoir et qui doit être préciser sur le RT.
Il est juste impossible de déterminer le RT dans une petite pièce avec nos moyens "grand public", car pas de source émissive hémisphérique et les formules classiques ne s'appliquent pas dans les petites pièces.

Ce que l'on obtient avec REW reste une approximation très relative donnant une indication entre pièce trop réverbérante ou trop amortie. En revanche, savoir ce que veut dire un RT de 0.2 (pièce amortie)ou de 1.2 (pièce réverbérante)est nécessaire.

Et donc de savoir aussi que dès que l'on amortit une pièce, le message sera plus intelligible mais l'ampli et les enceintes seront plus sollicités...on monte le volume par plaisir Big Grin.
Ainsi, il faut que tout soit dimensionné à la mesure de la pièce et de la distance d'écoute.

Enfin, pour un résultat à la hauteur d'un matériel sophistiqué, l'appel à un pro sera fortement conseillé. Wink
Auralic Trinnov Bryston TAD JBL
Oppo Trinnov Labgruppen Lake 18Sound 18' 15' Be + TAD Sony MadVR
Répondre
#7
Bravo pda0. Il ne te reste plus qu'à écrire un bouquin Wink
Répondre
#8
que dire de plus que les camarades, bravo !  Wink
système hifi : magnepan MG1.7,xindak  pa1,yamaha s2000,marantz ud7007,denon 3520EX, gustard P26, project debut carbon, cambridge audio 551P
système HC :  TCL mini led 85C805, panasonic DP-UB9000, Zidoo uhd3000,DALI ikon mk2, FOCAL Sib evo, DENON AVR X4500H
système casque : hifiman edition Xv2,schiit magni 3
Répondre
#9
Idem superbe condensé, je l'ai mis dans mes raccourcis pour usage ultérieur de Rew et autres idées à tester.
Merci
Paul
Répondre
#10
[Image: Diapason-Or.gif]
Répondre


Sujets apparemment similaires...
Sujet Auteur Réponses Affichages Dernier message
  La correction numérique: comment ça marche et comment s'en servir ? pda0 134 121,550 03-23-2024, 12:26 AM
Dernier message: tades
  Correction acoustique électronique duf666 7 3,101 04-25-2023, 08:28 PM
Dernier message: Vacuum
  Correction "Rephase" - aide pour traitement Erdmann 67 25,641 02-25-2023, 06:25 PM
Dernier message: Stephane95
  renforcer isolation phonique sans correction acoustique Solaris22 27 33,314 04-28-2022, 12:17 PM
Dernier message: Yijing
Music Aide interprétation mesures et correction karl71100 10 4,725 01-13-2022, 01:26 AM
Dernier message: aberto

Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)